Le théâtre de Cambrai

Le théâtre de Cambrai

A la recherche d'un endroit qui pouvait accueillir la silhouette spectrale d'un funeste chanteur issu des strates sombres de l'au-delà, pour les contes noirs du nord, je suis tombé sur les photos de ce théâtre prestigieux.

Et ce fut le coup de cœur:   c'est dans cet endroit que je voulais que se déroule l'histoire "le chanteur", pour laquelle il me fallait un cadre majestueux et puissant. 

C'est avec une grande gentillesse et beaucoup d'érudition que Kathy Coupez, responsable de la médiation culturelle, m'a fait la visite guidée. 

Voici tracés pour vous les grands moments de l'histoire de ce théâtre multi-centenaire. 

Cambrai peut s'enorgueillir d'un magnifique théâtre. 

Un endroit emplis de majesté, spacieux, où la pierre antique côtoie avec bonheur l'architecture moderne.  

Situé sur la place Jean Moulin où trône une superbe statue sur le monument aux morts, son histoire passionnante me fut contée par une spécialiste de la question, Kathy Coupez.

 

1071, c'est un hôtel Dieu ( Hôpital saint-Julien) fondé par Elleband-le-rouge.

A cette époque, les sœurs Augustines avaient pour mission d’accueillir les pauvres, les malades et les pèlerins, fidèles à l'esprit de leur père fondateur sous l'empire romain, Saint Augustin. A cette époque, l’hôpital est capable de vivre en autarcie. 

 

1732 la chapelle homme est achevée. 

 

Le théâtre, lieu de culture. 

A partir de 1892, l’hôpital devient un lieu de culture. La chapelle des femmes accueille désormais des démonstrations de gym, de danse, des concerts...On y expose aussi des œuvres d'art jusqu'en 1914.

 

En 1916, les allemands conquérants, font de la chapelle des femmes un cinéma. Un incendie d'origine accidentelle abîmera cette antique chapelle. 

 

En 1918, un second incendie, volontaire, celui-ci, la détruira complètement. 

 

Après la guerre, la ville décide d'ériger une salle de concert à la place des ruines. 

C'est Pierre Leprince-Ringuet, architecte, qui dessine les plans de l'édifice. Les travaux se terminent en 1929 avec l'inauguration de la salle qui dispose d'un parterre gradué, d'une tribune latérale et d'une capacité de 920 places. 

 

Vers les années 50, l'apparition de la télévision entraîne une baisse de fréquentation du lieu. En 1971, les normes de sécurité évoluant, le théâtre ferme, devenu trop dangereux pour la société qui se modernise. 

 

En 2003, après une importante rénovation (3 ans), il ouvre de nouveau tel qu'on le connait à ce jour. 

 

Notons qu'aujourd'hui le théâtre accueille les prestigieuses rencontres Juventus, rendez-vous musical au mois de juillet.  

 

 

La grande salle

Avec une capacité de 715 places, cet endroit plein de majesté bénéficie d'une acoustique quasi parfaite. Rideaux en stuc, panneaux acoustiques, large coupole qui répercute le son, autant d'éléments qui optimisent la qualité sonore du lieu. 

" Sa décoration exubérante souligne avec bonheur les modénatures des arcades et des encorbellements qui rythment ses parois, sans nuire toutefois, grâce à des couleurs sourdes à la perception des spectacles..."

                            Une curiosité:  le jeu d'orgue. 

 

 

Et voici, à l'entrée de la petite salle, une curiosité. Contre le mur s'élève ce jeu d'orgue, qui, jadis, contrôlait le jeu d'éclairage. Il n'est plus utilisé aujourd'hui mais est parfaitement conservé. Il a cessé d'être utilisé en 1929, pour cause de sécurité. C'est une des curiosités de ce lieu. 

Quelques photos du hall d'entrée

                                    La petite salle. 

 

Elle était jadis une grange dimière (où l'on entreposait la collecte de la dîme). D'une taille bien moindre, elle accueille de petits spectacles, pour les enfants notamment.

Je n'ai malheureusement pas de photos à vous montrer et je n'en ai pas trouvé sur google.

 

Si vous désirez en savoir plus sur le théâtre merci de cliquer sur ce lien ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0